Les Secrets du Classement dans le Saint Coran

Publié le 16 Novembre 2007

Les Secrets du Classement dans le Saint Coran

Depuis les premiers siècles, les musulmans se sont intéressés aux chiffres coraniques. A ce propos, le Docteur Raneme Alhamade, dans son ouvrage “Argument dans le comptage du verset (Ayat) du Coran” de Abou Amrou Dani, a cité 36 livres traitant la science des chiffres dans le Coran en commençant par le livre “Les chiffres” de Aatae Ibn Yassare décédé le 103 Hijri et en terminant par celui de Ahmed Salami Andaloussi décédé le 747 Hijri.

Néanmoins, cet intérêt ne s’est pas développé avec les siècles pour donner les résultats espérés. En fait, le Coran représente les paroles du Grand et Miséricordieux Dieu qui a crée l’univers ; donc, il est attendu que ce livre soit différent des livres composés par les humains. Ainsi, le moment est venu de se comporter avec le Coran comme il le mérite. C’est un miracle  spirituel qui croît avec l’évolution du savoir humain ; en fait, l’homme aujourd’hui est plus apte au critique et à l’évaluation vu ce dont il dispose comme sciences nouvelles et moyens technologiques.

Les ulémas se sont controversés sur le classement des sourates dans le Saint Coran. Une partie a déclaré que le classement des sourates était l’œuvre du Prophète par révélation ; tandis que l’autre partie a déclaré que c’était dû aux efforts et aux travaux des compagnons de Mohammed. Quant à Siouti, il a dit que le classement était Textes dépendant à l’exception des sourates Tawba ( le Repentir) et Anfâl (Le Butin). Si on parcourt les preuves qu’ont apporté ceux qui ont présumé que le classement est dû aux efforts des compagnons de Mohammed, on voit qu’ils ne s’appuient sur aucune preuve ou argument légitime.

Dans cette étude, nous n’allons pas nous attarder sur ce point, mais nous voulions juste noter que le fait de dire que le classement n’était pas Textes dépendant ne s’appuie sur aucune preuve claire ; Par contre, dire que le classement l’est s’appuie sur des preuves claires et irréfutables.

Un classement étonnant

Le Saint Coran contient 114 sourates. Si on fait la sommation des nombres associés au classement des sourates, on obtient le nombre suivant :

1 + 2 + 3 + KK + 114 = 6555   

Il existe une règle mathématique pour calculer cette somme et qui se présente comme suit :

“Le nombre plus 1 multiplié par sa moitié”, c’est à dire :

114 + 1 ´ (114 ¸ 2) = 115 ´ 57

                          = 6555

La question qui se pose ici est : est-ce que cette somme 6555 a une relation avec la somme des versets du Saint Coran qui est 6236 versets ?

Il existe 60 sourates paires, comme Bakara (286 versets), Nissâ (176 versets)…etc ; ainsi, le nombre des sourates impaires est 54 sourates comme Fatiha (7 versets), Tawba (129 versets)…etc

Les 60 sourates ayant un nombre pair de versets se divisent en 30 sourates dont leurs numéros de classement dans le Coran sont pairs et 30 sourates dont leurs numéros de classement dans le Coran sont impairs.

Quant aux 54 sourates ayant un nombre impair de versets, elles se divisent en 27 sourates dont leurs numéros de classement dans le Coran sont impairs et 27 sourates dont leurs numéros de classement dans le Coran sont pairs. Ainsi ; le résultat de cet équilibre se présente comme suit : 

Sourates avec un nombre pair de versets

60

Sourates avec un numéro de classement pair

30

Sourates avec un numéro de classement impair

30

Sourates avec un nombre impair de versets

54

Sourates avec un numéro de classement pair

27

Sourates avec un numéro de classement impair

27

De ce qui précède, il s’en suit qu’il existe 57 sourates homogènes, c’est à dire ayant un nombre de verset pair avec un numéro de classement pair, et un nombre de verset impair avec un numéro de classement impair. Ainsi, il reste 57 sourates non homogènes.

Maintenant, si on fait la somme des numéros des 57 sourates homogènes et on y ajoute le nombre de versets correspondant à chacune d’entre elles, on trouverait que le résultat serait 6236 qui n’est autre que la somme des versets du Saint Coran.

D’autre part, si on fait la somme des 57 sourates non homogènes et, de la même façon, on y ajoute le nombre de versets correspondant à chacune d’entre elles, on trouverait que le résultat serait 6555 qui n’est autre que la somme des numéros des sourates du Saint Coran, de 1 à 114.

Ainsi, il est claire qu’il existe une relation entre le numéro de chaque sourate et le nombre de ses versets de façon à ce qu’on est une coordonnée qui établie une liaison entre le numéro de la sourate et le nombre de ses versets et une liaison entre ceci et toutes les sourates du Saint Coran.

Ceci s’applique sur chaque sourate des 114 sourates du Saint Coran. A la lumière de cette étude, si on essaye de calculer la probabilité de coïncidence selon la théorie des probabilités, on se trouverait face à l’une des merveilles du Saint Coran qui prouve que le classement des sourates et le nombre de ses versets ne pourraient être que l’œuvre du Puissant et Sage Dieu :

(114 + 1) ´ (60 ¸ 2) = 3450

(114 + 1) ´ (54 ¸ 2) = 3105

                   TOTAL = 6555

Parmi les choses extraordinaires, on trouve que la somme des numéros des 60 sourates paires du Coran est 3450 et par conséquent la somme des classements des 54 sourates impaires serait donc 3105, vu que la somme totale devrait être égale à 6555 car :  

 114 + 1 ´ 114 ¸ 2 n’est en réalité que 114 + 1 ´ 60 + 54 ¸ 2

  Les 114 sourates du Coran sont divisées en deux parties :

1 – 57             et         58 - 114

Les numéros impairs dans la première partie sont 29 numéros et par conséquent ceux paires seront 28. Par contre, dans la deuxième partie, les numéros impairs sont 28 et les numéros pairs sont donc 29.

Les sourates homogènes, dans la première partie, sont 28 sourates, et celles non homogènes sont 29 sourates. Cependant, dans la deuxième partie, le nombre des sourates homogènes est 29 et celles non homogènes est 28.

Le nombre des sourates, dans la première partie, ayant un nombre pair de versets est 27 sourates ; et par conséquent le nombre des sourates paires, dans la deuxième partie, serait donc 33 sourates.

La somme des versets des 27 sourates paires, dans la première partie, est égale à 2690 et c’est la somme des numéros de classement des 33 sourates paires dans la deuxième partie.

 54 + 60 = 6 ´ 19 = 114

27 + 30 = 3 ´ 19 = 57

Le chercheur : Abdellah Ibrahim Jalghoume ; Amane - Jordan.

La correspondance pourrait être faite à partir de l’adresse :

abdullahjalghoum@hotmail.com

Commentaire de l’ingénieur Abdou Daïme Al Kouhayle

Au nom de Dieu le Très Clément le Miséricordieux

Il faut, cher lecteur, que vous soyez touché, comme je le suis, par la grandiose de cette justesse et la perfection de cette  symétrie numérique, qui ne pouvait pas venir de l’absurde. Alors, observez avec moi comment le tout Glorieux et le Puissant Dieu a crée l’équilibre dans chaque chose au sein de son noble livre.

Comme on le sait, il n’existe pas de règle pour le nombre des versets de chaque sourate du Saint Coran, et ce que pensent certains vu qu’il n’existe pas de classement clair dans le nombre des versets de chaque sourate. Par exemple, le nombre de versets de la première sourate est 7 versets, ensuite vient la deuxième sourate avec 287 versets, après la troisième sourate avec 280 versets, et ainsi il n’existe pas un ordre clair.

Cependant, la nouveauté que nous présente cette étude est la preuve qu’il existe un ordre numérique dans le nombre de versets de chaque sourate des sourates du Saint Coran et que cet ordre sera déséquilibré si on change le classement des sourates ou le nombre de leurs versets ; ce qui prouve que Dieu a préservé son livre sous toutes ses formes.

Regardons ensemble comment les sourates ayant un nombre pair de versets sont divisées en deux parties égales ; Ainsi on trouve que le nombre des sourates ayant un nombre de classement pair est égal à 30 et le nombre des sourates ayant un nombre de classement impair est égal aussi à 30. Donc, vous voyez bien cet équilibre numérique, pourrait-il être le résultat d’une pure coïncidence ou c’est plutôt l’œuvre du classement de notre Grand Dieu ?!

Regardez aussi avec moi la relation entre le nombre des versets du Coran, qui est 6236, et la somme des numéros des sourates du Coran, qui est 6555, et la relation de tous ceci avec les sourates homogènes (c’est à dire celles ayant le nombre de versets et leurs numéros homogènes : paire-paire ou impaire-impaire) et non homogènes (c’est à dire celles ayant le nombre de versets et leurs numéros non homogènes : impair-pair ou pair-impair).

Enfin, que Dieu bénit celui qui a réalisé cette étude passionnante et on espère qu’il va nous présenter d’avantages d’études qui prouveront que même si le Coran a été classé par les compagnons de Mohammed, c’est Dieu en fait qui leur a invoqué cette façon miraculeuse de classement car Dieu est celui qui a composé ce livre et il ne permettra jamais qu'une personne de ces créatures y change quelque chose vu que le Coran est son œuvre et c’est Lui Seul qui possède le droit suprême d’en faire ce qu’il veut.

L’ingénieur : Abdou Daïme Al Kouhayle : Chercheur dans les Miracles du Saint Coran newmiracle7@hotmail.com

Traduit par : Mounia Tahri

Rédigé par Mouhcine

Publié dans #Sciences et Islam

Commenter cet article