Publié le 28 Septembre 2012

 

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

   

 

 

Sourate

 

 

Rédigé par Mouhcine

Publié le 28 Septembre 2012

Le Coran contient les paroles révélées de Dieu,
désignant ainsi la prophétie de Mohammed, et l'authenticité de son Message.

   

La complexité du Coran englobe non seulement les mots, les lettres, les significations et les structures ; elle embrasse également les prédictions annoncées. Ce noble livre contient également des lois religieuses et philosophiques abordées pour la première fois. Un défi est lancé aux humains et aux djinns de coopérer, conjointement pour donner un livre pareil. Le Seigneur a dit :

 

  

« Dis : Si les hommes et les Djinns s'unissaient pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne produiraient rien qui lui ressemble, même s'ils s'aidaient mutuellement »
 [ sourate 17, verset 88 ]

 

  

قُل لَّئِنِ ٱجْتَمَعَتِ ٱلْإِنسُ وَٱلْجِنُّ عَلَىٰٓ أَن يَأْتُوا۟ بِمِثْلِ هَٰذَا ٱلْقُرْءَانِ لَا يَأْتُونَ بِمِثْلِهِۦ وَلَوْ كَانَ بَعْضُهُمْ لِبَعْضٍۢ ظَهِيرًۭا

  

Un autre défi fut également lancé aux plus éloquents des Arabes de forger dix sourates semblables à celles du Coran :

« Si vous êtes dans le doute au sujet de ce que nous avons révélé à notre serviteur, apportez-nous une sourate semblable à ceci ; appelez vos témoins autres que Dieu, si vous êtes véridiques. Si vous ne le faites pas, et vous ne le ferez pas » [sourate 2, verset 23 ]

وَإِن كُنتُمْ فِى رَيْبٍۢ مِّمَّا نَزَّلْنَا عَلَىٰ عَبْدِنَا فَأْتُوا۟ بِسُورَةٍۢ مِّن مِّثْلِهِۦ وَٱدْعُوا۟ شُهَدَآءَكُم مِّن دُونِ ٱللَّهِ إِن كُنتُمْ صَٰدِقِينَ 

 


La dernière partie prédit l'incapacité de tous de forger une seule sourate semblable à celles du Coran.

Plus de mille quatre cent ans ont passé, et jusqu'à présent, les incrédules n'ont pas apporté une sourate similaire à celles du Coran.

Le Coran constitue donc un miracle éternel qui durera autant que durera la vie sur terre. L'Islam et donc éternel car le miracle qui l'apporte l'est.

Rédigé par Mouhcine

Publié le 15 Février 2008

 

Les Miracles du Prophète Bien-Aimé  

 

Le Terme "miracle" est defini par tout acte qu'un être humain est incapable d'executer même si des groupements se forment à cette fin.

Si le miracle est lié à un défi, le miracle est propre aux prophètes, dans le cas contraire, le miracle n'est qu'un honneur acordé par le Seigneur à ses esclaves vertueux qu'Il choisirait.

LE Miracle a donc pour fondement les parols divines suivantes : " Croyez le Prophète dans tout ce qu'il rapporte à mon sujet" Il affirme donc la prophètie et distingue le vrai Prophète  de l'imposteur.

Le terme "miracle" ne se trouve pas dans le Coran, mais son synonyme l'est, à savoir "Aya" ou " Signe". Le Bien-Aimé  qu'Allah le bénisse et le salut, effectua de multiples miracles dont le Seigneur l'a honoré, il a affirmé son message par quelques Miracles que voici et que nous verrons en detail par la suite.



  • LE Noble Coran
  • La Fente de la Lune
  • Le déversement des pluies
  • L'écoulement de l'eau
  • Le débordement du puit
  • Un verre de lait suffit
  • La guérison du garçon
  • Une petite quantité de nourriture a
  • L'accroissement de la nourriture
  • Le remboursement de la dette
  • Les arbres se soumettent
  • Le tronc d'arbre
  • Les cailloux glorifient Dieu
  • La pierre salue le Bien-aimé
  • Une outre de beurre se vide
  • Le chameau
  • Le loup
  • L'aide apportée par le lion
  • La gazelle
  • Les implorations du Bien-aimé
  • Un aveugle recouvre sa vue
  • La salive du Bian-aimé
  • L'oeil de Kataba
  • La branche d'arbre se transforme en épée

Publié le 12 Décembre 2007

Muhammad avait réuni en lui, par son éducation, les meilleures qualités que l’on pouvait trouver chez les gens. C’était un modèle raffiné de pensée lumineuse et d’observation pertinente, élevé à un haut niveau de perspicacité et de sagacité, d’originalité dans les idées, de rectitude dans le jugement et de bon sens dans le choix des moyens et des objectifs. Il recourait au silence dans ses longues méditations, approfondissait la vérité, l’explorant jusqu’au bout.

Par la fécondité de son esprit et la pureté de son caractère, il avait pris connaissance des réalités de la vie des collectivités. Il se détournait des superstitions et traitait avec les gens sur la base du discernement et de la clairvoyance.

Toutes les fois qu’il trouvait qu’une chose était bonne, il y participait effectivement. Sinon, il se retirait dans sa solitude. Il ne buvait pas de vin et ne mangeait pas non plus ce qu’on avait sacrifié ou immolé pour les idoles. Il n’assistait à aucune des fêtes organisées par les idolâtres car il avait toujours éprouvé de l’aversion pour l’adoration futile et absurde des idoles.

Il ne supportait pas d’entendre jurer par Al-Lât et Al-Ozzâ. Il ne fait aucun doute qu’Allah (à Lui la Puissance et la Gloire) l’avait entouré d’un mur de protection.

Ainsi lorsque les penchants de l’âme le poussaient à vouloir découvrir par curiosité la jouissance de ce monde, toutes les fois qu’il voulait suivre des traditions blâmables, la bienveillance divine intervenait pour l’en empêcher.

Publié le 12 Décembre 2007

Le Mérite des 10 (premiers) jours de Dhul-Hijja

(12ème mois du calendrier musulman, le mois du Pèlerinage)


Allah dit (traduction du sens des versets) : « Par l’Aube, et par les dix nuits. »
[1] et Ibn Kathîr - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit : « Cela fait référence aux 10 (premiers) jours de Dhul-Hijja. »

Allah a dit aussi : « … Et pour invoquer le nom d’Allah aux jours fixés… »
[2]. Ibn ‘Abbâs a dit à propos de l’explication de ce verset : « Ce sont les dix jours [de Dhul-Hijja]. »

Ibn ‘Abbâs a dit aussi : « Le Prophète - Paix et salut d’Allah sur lui - a dit :
« Il n’y a pas d’œuvres meilleures que celles faites en ces 10 jours. » Les Compagnons dirent :
« Même pas le Jihâd ? » Il dit : « Même pas le Jihâd, sauf un homme qui sortirait risquant sa vie et ses biens
et qui ne reviendrait avec rien (càd. qu’il y perdrait sa vie et sa fortune). » [3].


Ce qui est recommandé de faire pendant ces 10 jours


Il est recommandé de faire des efforts dans les actes d’adoration comme la prière, le rappel
d’Allah, les contacts avec la famille, les aumônes, le fait de recommander le bien et d’interdire le mal,
selon ses possibilités. Il existe des textes qui donnent des précisions sur des actes à faire en particulier :

1- Prononcer les formules de rappel : Dire « Allâhu Akbar » (Takbîr), « Lâ Ilâha Illallâh » (Tahlîl),
« Al-Hamdu Lilâh » (Tahmîd), car selon le hadith d’Ibn ‘Umar - qu’Allah l’agrée- le Prophète a dit :
« Il n’y a pas de jours plus importants auprès d’Allah - exalté soit-Il - et au cours desquels les oeuvres sont
plus aimées de Lui, que durant ces 10 jours. Donc, dans cette période, répétez les formules « Allâhu Akbar »,
« Lâ Ilâha Illa’llâh », « Al-Hamdu Lilâh ». » [4].

Et l’imam Al-Bukhârî - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit : « Ibn ‘Umar et Abû Hurayrah
- qu’Allah les agrée - allaient au marché pendant les 10 jours et ils répétaient « Allâhu Akbar »
et les gens répétaient après eux. » (Chacun pour soi, car il n’existe aucune preuve qui prouve
qu’il faut dire cette formule en groupe, d’une seule voix).


Une formule acceptée est :

« Allâhu Akbar, Allâhu Akbar, Lâ Ilâha Illa’Llâh...
Allâhu Akbar, Allâhu Akbar , Wa Lilâhil-Hamd. »

Et Ibn ‘Umar répétait le Takbîr à Mina pendant ces 10 jours, après les prières, au moment de se coucher,
dans sa tente, dans ses assemblées et lors de ses promenades. Il est recommandé de dire le Takbîr à haute voix,
selon ce qu’ont fait ‘Umar, son fils et Abû Hurayrah.

2- Le jeûne : certaines femmes du Prophète - صلى الله عليه وسلم - rapportent : « Le Prophète - صلى الله عليه وسلم -
jeûnait les 9 (premiers) jours de Dhul-Hijja, le jour d’Achoura, et trois jours par mois. » [5]

3- Le jeûne du jour d’Arafat (9ème jour de Dhul-Hijja) : le jeûne de ce jour est une Sunnah
confirmée pour celui qui n’effectue pas le pèlerinage, selon le hadith du Prophète - صلى الله عليه وسلم :
« J’espère la récompense d’Allah que ce jeûne efface tes péchés de l’année écoulée et ceux de l’année à venir. » [6].

4- Le Hajj et la ‘Umrah : Abû Hurayrah rapporte du Prophète - صلى الله عليه وسلم - qu’il a dit :
« Accomplir la ‘Umrah efface les péchés entre cette ‘Umrah et la dernière, et un Hajj accepté
(d’Allah) n’a d’autre récompense que le paradis. » [7].


Quelques règles se rapportant au sacrifice

C’est une Sunnah confirmé et il est détestable de la délaisser si l’on a les moyens de la faire,
selon le hadith d’Anas - qu’Allah l’agrée - que le Prophète - صلى الله عليه وسلم - a sacrifié deux
béliers à cornes de couleur grisâtre ; il les égorgea lui-même en disant : « Bismillâh Wallâhu Akbar. »

Si une personne a l’intention de sacrifier et qu’il rentre dans les 10 premiers jours de Dhul-Hijja,
elle ne doit pas se couper les cheveux, les ongles et la peau jusqu’à ce qu’elle sacrifie sa bête, car,
selon Um Salama, le Prophète a dit : « Lorsque vous entrez dans les 10 jours (de Dhul-Hijja) et que l’un
d’entre vous veut sacrifier une bête, qu’il s’abstienne de se couper les cheveux et les ongles. »


Que faut-il sacrifier ?

La bête à sacrifier doit être un chameau, une vache (ces deux-là sont à partager entre sept personnes),
un mouton ou une chèvre (pour une seule personne) selon la parole d’Allah (traduction du sens des versets) :
« Pour qu’ils rappellent le nom d’Allah sur ce qu’Il leur a octroyés des bêtes de troupeaux. » [8]

La condition pour que la bête soit bonne à sacrifier est qu’elle soit exempte de défauts apparents,
selon la parole du Prophète - صلى الله عليه وسلم : « Quatre (défauts) font que le sacrifice n’est pas accepté :
la bête borgne de manière apparente, la bête visiblement malade, la bête boiteuse de manière évidente
et la bête maigre que l’on ne peut récupérer. » [9]

Elle doit également avoir l’âge minimum obligatoire : cinq ans, pour le chameau ;
deux ans, pour une vache ; un an pour une chèvre et six mois pour un mouton.


Le moment propice pour égorger la bête

Le moment propice débute après la prière de l’Aïd, selon le hadith du Prophète - صلى الله عليه وسلم : «
Celui qui égorge avant la prière a sacrifié pour lui-même, et celui qui égorge après la prière a
parfait son sacrifice et a accompli la Sunnah des musulmans. » [10].

Il est autorisé d’égorger le jour de l’Aïd et les trois jours qui suivent selon le hadith du Prophète.

Il est Sunnah pour qui sait égorger, d’égorger sa bête soi-même en disant :
« Bismillah wallâhu Akbar, ô Seigneur, ceci est de la part d’untel » (et il se nomme lui-même ou la
personne qui lui a recommandé d’offrir ce sacrifice) car le Prophète - صلى الله عليه وسلم -
a égorgé un bélier en disant : « Bismillah wallâhu Akbar, ô Seigneur, ceci est de ma part et de la
part de tous ceux de ma communauté qui n’ont pas sacrifié. » [11]

Il est recommandé à celui qui ne sait pas sacrifier de tout de même assister.

La répartition (de la viande) du sacrifice

Il est Sunnah pour la personne qui sacrifie de manger une partie de la viande de la bête sacrifiée
(et la première chose dont le Prophète mangeait le jour de l’Aïd était le foie du mouton),
d’en distribuer aux proches de la famille et aux voisins, et d’en faire aumône d’une partie aux pauvres.

Allah dit (traduction du sens des versets) : « Mangez-en et donnez-en à manger aux misérables, les pauvres... » [12]

Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf) aimaient à partager la viande en trois : un tiers pour eux-mêmes,
un tiers en cadeau et un tiers en aumône pour les pauvres.
Et on ne donne pas au boucher de cette viande comme salaire pour son travail.

Source : http://www.fatwas.online.fr

Important !

Le jour d’Arafat aura lieu le mercredi 19 décembre 2007,
et par conséquent, le jour de l’Aïd sera le jeudi 20 décembre 2007.


Distribuez cette article autour de vous car Allah dit :
« Entraidez-vous au bon comportement et à la piété, et ne vous entraidez pas au péché et à l’inimité. » …
Le Prophète Muhammad (صلى الله عليه وسلم a dit : « Celui qui montre le chemin vers une bonne action,
a la même récompense que celui qui la fait. » [13].
_________________

[1] l’Aube, v. 1
[2] Le Pèlerinage, v. 28
[3] Rapporté par Al-Bukhârî
[4] Rapporté par At-Tabarânî dans Al-Mu’jam ul-Kabîr
[5] Rapporté par l’imam Ahmad, Abû Dâwûd et An-Nassâ’î.
[6] Rapporté par Muslim
[7] Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim
[8] Le Pèlerinage, v. 34
[9] Rapporté par At-Tirmidhî.
[10] Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim
[11] Rapporté par Abû Dâwûd et At-Tirmidhî.
[12] Le Pèlerinage, v. 28
[13] Muslim, 4876

Publié le 5 Décembre 2007

Lorsque Muhammad atteignit l’âge de 35 ans, les Qouraichites entreprirent de reconstruire la Kaaba. Celle-ci ne possédait pas de toit et un groupe de voleurs avait dérobé un des trésors qu’elle renfermait. Aussi, l’édifice avait déjà subi les intempéries et les aléas du temps affaiblirent ses fondations et lézardèrent ses murs. De plus, 50 ans avant la mission du Prophète , un torrent descendit sur la Mecque et s’abattit sur le temple sacré avec une violence qui faillit faire basculer la Kaaba.

Ainsi les Qouraichites furent obligés d’en renouveler les fondations, désireux de garder cet édifice, souvenir de la foi d’Ibrahim (Abraham) . Ils décidèrent tous ensemble de n’investir dans ce sens que les biens honnêtement acquis, écartant de ce fait la dot des prostituées, les biens résultant de l’usure ou d’une injustice. Les gens avait peur de détruire la Kaaba, alors Al-Walid Ibn Al-Moughira commença le travail de démolition. Les gens, après s’être rendus compte qu’aucun malheur n’avait atteint Al-Walid, le rejoignirent et continuèrent à démolir jusqu’à ce qu’ils atteignirent la fondation réalisée par Ibrahim . Occupés ensuite à construire, Ils divisèrent la Kaaba en plusieurs parties dont chacune était à la charge d’une tribu.

Chaque tribu rassembla des pierres et la construction commença. Lorsqu’on eut atteint l’endroit de la Pierre Noire, les tribus divergèrent sur la question de savoir qui d’entre elles aurait l’honneur de la mettre en place. Le conflit s’étendit sur 4 ou 5 nuits et faillit déclencher une guerre violente, puis les tribus se rassemblèrent pour trouver une solution juste. Ils décidèrent alors de prendre pour juge arbitre la première personne qui franchirait la porte de la Maison Sacrée où ils étaient réunis. Et ce fut Muhammad . Dès qu’ils le virent, ils s’exclamèrent : « Voici l’honnête (Al-Amine) ! Nous acceptons son arbitrage ! C’est Muhammad ! »

Lorsque Muhammad fut mis au courant du motif de leur conflit, il demanda qu’on apporte un morceau de tissu. Il plaça ensuite la Pierre Noire au milieu du tissu et demanda aux chefs des tribus en conflit de tenir chacun un côté de l’étoffe puis de soulever ainsi la Pierre Noire. Ils s’exécutèrent et quand ils atteignirent sa place, Muhammad prit la pierre et la mit lui-même avec sa main. Puis ils construisirent là-dessus, satisfaits du jugement équitable qui les avait départagés.

D’après Ibn Ishaq, au temps de l’Envoyé d’Allah, la Kaaba était de 18 coudées. Elle était revêtue de tissus coptes (qabati), puis elle fut revêtue de tissus yéménites (burud). Al-Hajjaj fut le premier à la revêtir de brocart.

Publié le 5 Décembre 2007

Khadija , fille de Khouwaylid, était une commerçante noble et aisée qui engageait des hommes à son service en leur confiant des transactions dont ils bénéficiaient. Ainsi, lorsqu’on loua devant elle la sincérité, la loyauté et la noblesse du Prophète , elle lui proposa d’aller faire fructifier une partie de son argent dans la région du Cham (Syrie). Elle le fit accompagner de son esclave Maysara.

Le Prophète  (paix et bénédiction d’Allah sur lui) qui était alors âgé de 25 ans, accepta l’offre et se rendit ainsi en Syrie pour la deuxième fois, après son voyage avec Abou Taleb et la rencontre avec le moine Bahira. Il y fit fructifier l’argent que Khadija lui avait confié, bénéficiant lui-même des gains acquis comme le stipulait leur accord ; il pouvait alors s’affranchir de l’hospitalité de son oncle.

 

De retour à la Mecque, Maysara informa Khadija (qu’Allah soit satisfait d’elle) de ce qu’il avait vu de la personnalité de Muhammad comme douceur, vertu, force de persuasion, pertinence et honnêteté. Sur ces bases, Khadija envoya l’une des ses amies, Nafissa Bint Manya, comme intermédiaire auprès de Muhammad pour lui faire part de son souhait de l’épouser. Ravi, le Prophète en informa alors ses oncles qui se rendirent alors chez Khouwaylid Ibn Asad pour demander sa fille en mariage pour leur neveu et le mariage fut conclu. La dot était de vingt chamelles.

 

Khadija avait alors quarante ans et était réputée être la meilleure femme de sa tribu en vertu de sa généalogie, sa richesse et son intelligence. Elle s’était déjà mariée deux fois auparavant : d’abord, à ‘Atiq Ibn ‘Aïd, dont elle eut pour fille Hind ; ensuite, à Zourara At-Tamimi qui mourut à son tour. De cette deuxième union naquit Hala.

Khadija était la première femme que le Messager d’Allah épousa et il ne se maria avec aucune autre femme jusqu’à la mort de celle-ci.

Elle est la mère de tous les enfants de l’Envoyé d’Allah à l’exception d’Ibrahim qu’il eut de Maria l’Egyptienne. Leurs enfants étaient donc Al-Qassim (d’où le surnom du Prophète : Abou-l-Qassim), ‘AbdAllah surnommé At-Tayib et At-Tahir pour les garçons. Tous moururent en bas âge, avant l’avènement de l’Islam. Quant à leurs filles, elles étaient : Rouqayah, Zaynab, Oum Kalthoum et Fatima qui vécurent toutes jusqu’à l'avènement de l’Islam et embrassèrent la nouvelle religion.